Comme nous vous l’annoncions hier, c’est à la sortie d’une conférence ayant rempli toutes ses promesses, avec un PUBLIC ENTHOUSIASTE et une SALLE ARCHICOMBLE, que Kemi Seba a été arrêté et emmené à la préfecture de police de Paris.
Il a été aujourd’hui présenté devant un juge qui lui a signifié la révocation du sursis de 2 mois prononcée pour violation d’un contrôle judiciaire datant de 2009. Kemi a été condamné le 29 octobre 2009 à deux mois de prison avec sursis et dix-huit mois de mise à l’épreuve, pour prétendues « violences en réunion », un coup monté de toutes pièces pour réduire son noble combat à de la violence de rue. Ce sursis a été révoqué le 10 octobre 2011, du fait que Kemi ait quitté la France pour le Sénégal avant la fin de ces dix-huit mois de mise à l’épreuve.
POURQUOI MAINTENANT ?
Le choix du moment est loin d’être fortuit et innocent. En 2012, en effet, quand KS a été expulsé de Suisse, il a été remis aux autorités françaises QUI L’ONT IMMÉDIATEMENT RELÂCHÉ SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS.
Et en 2013, il a fait la TOURNÉE SUPRA-NÉGRITUDE en France sans jamais avoir été inquiété.
A aucun moment il n’a été question de cette vieille condamnation pour violence, une condamnation exhumée comme par hasard au moment même où il entame en France une large tournée qui promet de susciter une effervescence des idées au sein de la diaspora et des milieux de la dissidence. Comment ne pas comprendre que cette manœuvre répond à une TENTATIVE PITOYABLE mais vaine de le faire taire voire de salir son image et RABAISSER SON COMBAT. Mais LES VRAIS SAVENT.
LISEZ BLACK NIHILISM, et vous comprendrez pourquoi les autorités essaient de trouver n’importe quel prétexte pour saboter la tournée (qui, de toute façon, aura lieu).
PERSONNE N’EST DUPE.
Restez à l’écoute, nous vous tiendrons informés de l’évolution des événements. Le combat s’accentue…